gwenhadu
titre
gwenhadu
  Fragments de culture bretonne  
Quelques exemples et particularités de la culture bretonne. Les drapeaux bretons, l'hymne breton, les symboles celtes, la religion en Bretagne.
 
ligne
 
 

Met 'drokfen ket evit teñzorioù va bro, va yezh ha va frankiz.
(Anjela Duval Poétesse bretonne)
Mais je n'échangerais contre nul trésor mon pays, ma langue, et ma liberté.

 
 
ligne
 
 
Le Gwenn ha Du
 
Le Gwenn ha du (Blanc et Noir) est le drapeau breton.
Ce n'est pas un drapeau historique mais un étendard moderne créé en 1925 par Morvan Marchal et inspiré des drapeaux américain et grec. Il fut choisi pour représenter la Bretagne pour la première fois en 1925 au Salon des Arts Décoratifs de la ville de Paris. Depuis il a été adopté par tous comme le drapeau de la nation bretonne.
gwenhadu

Dans le canton supérieur gauche sur fond blanc il y a généralement 11 hermines. Je dis généralement parce que leur nombre n'est pas officiellement fixé et n'a pas de signification particulière. Le nombre 11 a été surtout choisi par soucis d'esthétique. Mais il existe aussi en 8, rarement dans une autre configuration.

L'hermine est l'emblème des ducs de Bretagne et se retrouve sur toutes les armoiries. C'est l'animal symbole de la nation bretonne. Sa représentation stylisée est héraldique et remonte au moyen âge.

Les neuf bandes représentent les 9 pays bretons (correspondant à peu près aux évéchés).
Les 4 bandes blanches représentent des 4 pays bretonnants: Léon, Trégor, Cornouaille, Vannetais
Les 5 bandes noires représentent les 5 pays gallos : Rennais, Nantais, Dolois, Malouin, Penthièvre (St Brieuc-Lamballe)

Le Gwenn ha du n'a donc pas toujours été l'étendard breton. Il y en a eu de multiples auparavant.
Les deux plus connus et représentatifs sont la bannière d'hermine avec uniquement des hermines stylisées sur fond blanc et la croix noire (kroaz du)
La bannière d'hermine est considérée comme l'étendard des ducs de Bretagne. Les armoiries du duché ont la même représentation.
hermines
Kroazdu
On dit que la croix noire (Kroaz Du) était l'étendard des croisés bretons.
Malheureusement cet emblème a aussi été celui des fascistes bretons pro allemands pendant la seconde guerre mondiale.
Pour ceux qui voudraient en connaître plus sur l'histoire bretonne vous pouvez trouver des ouvrages à la Coop Breizh ICI
 
ligne
 
 
Bro Gozh Ma Zadoù (l'hymne breton)
 
On le doit à François Jaffrennou qui l'a écrit à la fin du 19e siècle. Il est inspiré par l'hymne gallois (Hen Wlad vy nhadau, Land of my Fathers) que les amateurs de rugby connaissent bien et se chante sur le même air. En français son titre signifie aussi: Vieux pays de mes pères (ou mes ancêtres).
De nombreux chanteurs bretons l'ont interprété: Stivell, Nolwenn Leroy dans son CD Bretonne, Les Tri Yann, Clarisse Lavanant et bien d'autres. On l'entend dans les stades quand les équipes bretonnes se rencontrent.

Les chanteurs bretons les plus connus se sont réunis pour chanter le "Bro Gozh" dans cette version que vous trouvez ICI sur youtube.

 

Ni, Breizhiz a galon, karomp hon gwir Vro!
Brudet eo an Arvor dre ar bed tro-do.
Dispont kreiz ar brezel, hon tadoù ken mad,
A skuilhas eviti o gwad.

Refrain
   O Breizh, ma Bro, me 'gar ma Bro.
   Tra ma vo mor 'vel mur 'n he zro.
   Ra vezo digabestr ma Bro !

Breizh, douar ar Sent kozh, douar ar Varzhed,
N'eus bro all a garan kement 'barzh ar bed,
Pep menez, pep traonienn, d'am c'halon zo kaer,
Enne kousk meur a Vreizhad taer !

Ar Vretoned 'zo tud kalet ha kreñv;
N'eus pobl ken kaloneg a zindan an neñv,
Gwerz trist, son dudius a ziwan eno,
O! pegen kaer ec'h out, ma Bro!

Mar d'eo bet trec'het Breizh er brezelioù braz,
He yezh a zo bepred ken beo ha bizkoazh,
He c'halon birvidik a lamm c'hoazh 'n he c'hreiz,
Dihunet out bremañ, ma Breizh !
Nous Bretons de coeur, nous aimons notre vrai pays!
L'Arvor est renommée à travers le monde.
Sans peur au coeur de la guerre, nos ancêtres si bons
Versèrent leur sang pour elle.

Refrain
   O Bretagne, mon pays, que j'aime mon pays
   Tant que la mer sera comme un mur autour d'elle.
   Sois libre, mon pays!

Bretagne, terre des vieux Saints, terre des Bardes,
Il n'est d'autre pays au monde que j'aime autant;
Chaque montagne, chaque vallée est chère dans mon coeur.
En eux dorment plus d'un Breton héroïque!

Les Bretons sont des gens durs et forts;
Aucun peuple sous les cieux n'est aussi ardent;
Complainte triste ou chant plaisant s'éclosent en eux.
O! Combien tu es belle, ma patrie!

Si autrefois Bretagne, tu as fléchi durant les guerres,
Ta langue est restée vivante à jamais,
Son coeur ardent tressaille encore pour elle.
Tu es réveillée maintenant ma Bretagne!

Bro Gozh
 
ligne
 
 
Symboles celtes et bretons
 
Voici quelques symboles bretons et celtiques. Ce ne sont pas les seuls, mais ce sont les plus connus.
kroaz
triskell
triquetra
La croix celtique
Le Triskell
La triquetra

C'est avant tout une croix, donc un symbole du christianisme. On n'en connaît d'ailleurs pas d'antérieures à la christianisation.
Dans la symbolique chrétienne, la croix cerclée est une représentation du signaculum domini, c'est-à-dire les cinq plaies du Christ en croix. On retrouve cette symbolique dans les vêtements sacerdotaux par exemple. On dit aussi que le cercle représente l'ostie.
Si on s'en tient à une symbolique celte on pourrait penser que les 4 branches ont un rapport avec les saisons ou les points cardinaux. Le cercle étant, lui, le symbole du monde de l'univers, mais aussi du temps qui passe sans fin.

Les gens qui ont parfois détourné ce symbole pour en faire celui de l'intolérance et du racisme (on connaît leur penchant pour les croix) font injure à l'hospitalité et la tolérance celte. Les Celtes ont traversé l'Europe, ont absorbé les cultures des gens qu'ils ont rencontrés, s'en sont enrichis, tout en gardant leurs traditions.

Les bretons ont redécouvert le triskell au siècle dernier. Il est considéré comme un signe caractéristique de l'antiquité celte (5e -> 2e av JC) Sa signification est loin d'être évidente et on connaît bien des interprétations. Si son nom vient sans doute du grec, il signifie en breton 3 rayons.
D'abord il faut reconnaître que le nombre 3 est particulier chez les Celtes.
* 3 dieux principaux (Lug, et ses autres formes Dagda, Ogme)
* 3 états de la déesse mère (Brigit ou autre) fille, femme, mère
* les 3 éléments: l'eau, la terre, le feu
* les 3 étapes de la vie (enfance, âge adulte, vieillesse)
* les 3 astres (soleil, lune, terre)
* les 3 mondes naturels (la terre, la mer, le ciel)
* les 3 états de l'esprit: veille, sommeil, rêve
* les 3 étapes du temps: le passé, le présent, le futur
et sans doute d'autres encore...

Beaucoup le considèrent aujourd'hui comme un signe de reconnaissance celte ou un porte-bonheur.

La triquetra n'est pas uniquement celtique, on retrouve des symboles approchants dans toute l'Europe nordique, germanique et slave. Les celtes l'ont interprétée à leur façon tant graphiquement que symboliquement.
Son nom signifie 3 coins, et on comprendra aisément que par ce chiffre 3 elle incarne toutes les symboliques de la culture celte expliquées à propos du triskell. On y ajoutera la sainte trinité chrétienne.

Le même symbole (la monade) existe sans le cercle.

La triquetra se retrouve aussi comme symbole de sorcellerie et de pouvoirs magiques. Certaines séries américaines y font référence. C'est donc souvent un porte-bonheur aussi.

 
ligne
 
 
Un christianisme un peu particulier
 

Ceux qui viennent en Bretagne pour la première fois sont souvent frappés par l'architecture religieuse si particulière, surtout dans le pays bretonnant. La Bretagne est née de la religion ou, du moins, y a puisé nombre de ses éléments fondateurs. Souvent un catholicisme ardent s'est mêlé aux racines celtes pour donner une forme religieuse particulière avec des relents de druidisme qui parfois faisaient grincer les dents des pontes religieux à cent lieues du peuple.
Une des formes les plus populaires de ce culte est le pardon. Il allie le caractère folklorique et religieux et fait renaître à la vie, un jour par an, multitude de nos chapelles et de nos petites églises de campagne.
Petite précision: plusieurs de ces saints sont locaux et non reconnus par Rome. Mais Rome c'est loin...

Les Saints Guérisseurs
Les 7 Saints Fondateurs.
Les autres

Ce n'est pas particulier à la Bretagne mais chez nous cela a pris souvent des proportions importantes et le culte voué à certains de ces Saints rassemblait des foules considérables. De magnifiques chapelles ou églises ont été érigées en leur honneur.
Impossible ici de les citer tous. En voici quelques exemples
Maux de tête: St Bieuzy (Bieuzy-les-Eaux 56), St Côme et St Damien (Naizin 56)
Maux de dents: Ste Apolline (Merdrignac 22), St Gildas (St Gildas de Ruys 56)
Problèmes d'yeux: St Clair (Limerzel 56, Le Tour du Parc 56), St Jacut & St Guénolé (Yffiniac 22)
Problèmes d'oreilles: St Cado (Bannalec 29, Belz 56)
Angoisses: St Gilles (St Gilles du Méné 22)
Epilepsie: St Briac (Bourbriac 22)
Eczémas: St Aignan (Vergéal 35)
Douleurs, Rhumatismes: St Tugdual (Tréguier 22), St Urfol (Bourg-Blanc 29)

Si le sujet vous intéresse on peut conseiller le livre d'Hippolyte Gancel aux Editions Ouest-France.

Selon la légende, entre le Ve et le VIe siècle, venus d'Irlande ou de Grande-Bretagne pour la plupart, ils ont fondé les 7 villes-évêchés formant les pays bretons (sauf Nantes).

Saint Mâlo ou Maclou fonde la ville du même nom. (Sant Maloù)
Saint Samson fonde Dol-de-Bretagne (Dol)
Saint Brieuc ou Brieg fonde la ville du même nom.(Sant Brieg)
Saint Tugdual fonde Tréguier (Treger)
Saint Pol Aurélien fonde St Pol de Léon (Kastell Paol)
Saint Corentin fonde Quimper (Kemper)
Saint Paterne fonde Vannes (Gwened)

Vous pouvez retrouver leur histoire ICI sur le site d'infobretagne et sur bien d'autres pages de la toile.

Le Tro-Breizh (tour de Bretagne) est un pèlerinage qui invite les pèlerins à relier les 7 villes des saints fondateurs. Il était particulièrement suivi au moyen-âge et était considéré pour les Bretons comme tout aussi important que de se rendre en Terre Sainte. Il a récemment été relancé sur un parcours plus court, avec un aspect culturel s'ajoutant au religieux.

D'autres saints ont été et sont encore souvent vénérés en Bretagne. Voici les plus remarquables:

Ste Anne (Ste Anne d'Auray) C'est la mère de Marie et la sainte patronne de toute la Bretagne et des Bretons. Le Grand Pardon de Ste Anne fin juillet amène des foules considérables.

St Yves (Sant Erwann) saint patron des avocats et gens de justice. Vénéré à Tréguier où son pardon (3e dimanche de mai) amène encore des milliers de personnes.

St Ronan était le saint protecteur de la dynastie des Ducs de Bretagne

St Patrick. D'accord il n'est pas breton mais le saint patron de nos cousins Irlandais. Il est reconnu aussi chez nous. Mais c'est plus pour son côté festif.

Eglises et chapelles
Enclos paroissiaux
Calvaires et fontaines
Chapelle Bieuzy
St Thegonnec
ND de Lorette
On trouve, un peu partout en Bretagne de multiples petites chapelles dédiées à divers saints, érigées par des seigneurs en reconnaissance ou suite à des voeux. Parfois elles jouxtaient des ermitages disparus. Celle-ci est remarquable par sa position contre le rocher et se trouve au bord du blavet, à côté de Bieuzy (56). Malheureusement beaucoup de ces chapelles souffrent par manque de moyens pour les entretenir. Il faut souligner le travail remarquable des nombreuses associations qui oeuvrent pour la sauvegarde de ce patrimoine. Vous pouvez parcourir le circuit des enclos du Nord Finistère. Ne manquez pas les plus remarquables: St Thégonnec (photo ci dessus) et Guimiliau.
Contrairement à ce que certains pensent et disent ces statues ne sont pas en granit (trop difficile à sculpter) mais en kersanton: une roche éruptive à grain fin extraite près de Brest dans le lieu du même nom.
Sur nos routes de campagne les croisements sont souvent marqué d'un calvaire ou d'une modeste croix de granit. Certains sont remarquables.
On trouve aussi de nombreuses fontaines, comme celle ci-dessus à Notre-Dame de Lorette au Quillio (22).
Ces monuments modestes, témoins de notre passé, sont souvent préservés grâce aux bénévoles qui les entretiennent avec amour.
 
ligne
 
retour
Trovern Nevez
retour